Après la révolution Égyptienne des documents sensibles des services secrets de Moubarak démontrent comment Hotmail, gMail et compagnie devaient être espionnés grace à une société Allemande. Les égyptiens se sont introduits dans leur service secret à la suite de la révolution de Jasmin qui a touché le pays des Pharaons.

Bilan de cette visite, des documents sensibles, datant de juin 2010, ont été découverts sur le système d’espionnage d’Internet que souhaitait mettre en place l’ancien gouvernement Moubarak.

Il semble qu’une société Allemande, Gamma group (filiale Siemens, Elaman), a proposé ses services et ses logiciels pour permettre l’espionnage des ordinateurs et services webmail comme gMail, Hotmail, Yahoo, mais aussi le service de VOiP Skype. Des factures ont été retrouvées pour l’achat, par exemple, de l’outil Finfisher. Prix de l’outillage de web espion, 287.137 euros.

Une page Facebook a été montée par les Wikileakeurs Egyptiens pour dénoncer cet espionnage.

Un espionnage qui n’étonne pas. Pour retrouver les meneurs des manifestations numériques, l’ancien gouvernement Tunisien Ben-Ali sniffait (interceptait) les identifiants de connexion à Facebook, Hotmail, … Comme ZATAZ vous l’expliquait, depuis le 02 Janvier 2011, nous avons été le premier média a traiter de cette guerre numérique ouverte entre les jeunes tunisiens et le gouvernement Zine el Abidine Ben Ali, l’Internet etait devenu le terrain de chasse des dictateurs.

L’état Tunisien profitait du Fournisseur d’Accès à Internet national (ATI – Agence tunisienne d’Internet) pour injecter un code JavaScript à chaque connexion provenant d’un internaute Tunisien (via un IP local, NDR). Mission, récupérer le login et le mot de passe des utilisateurs Tunisiens de Facebook, mais aussi de Gmail et Yahoo. Une méthode pour remonter une éventuelle trace appartenant aux Anonymous qui attaquaient les sites gouvernementaux ; mis en place un espace de contestation à l’encontre du gouvernement Tunisien sur le portail communautaire américain. Dans le code source s’affichait l’url facebook.com/wo0dh3ad, avec comme commande, l’interception du login et mot de passe. A noter que wo0dh3ad était un faux espace dédié aux Anonymous. 
Pour Yahoo, l’url exploité était login.yahoo.com/wo0dh3ad ; pour gMail google.com/wo0dh3ad?q. A noter que ATI n’est pas à son premier « filtre ». En avril 2010, il avait déjà bloqué Vimeo, Flickr ou encore Youtube. Cette méthode était exploitée depuis plusieurs mois par le gouvernement Tunisien. 
Comme l’indiquait déjà, en juillet dernier, Slim Amamou, de chez Voices Advocacy, ATI forçait les Tunisiens à passer par du HTTP en interdisant l’utilisation du HTTPS, bloquant du même coup le chiffrement des informations pouvant transiter sur le web du pays (Message, mot de passe, …).
Code source modifié visant les utilisateurs Tunisiens de Facebook (ici)
Code source modifié visant les utilisateurs Tunisiens de Yahoo! (ici)
Code source modifié visant les utilisateurs Tunisiens de Gmail (ici)
source:zataz
Publicités