En Ile-de-France, quatre conteneurs sur cinq recèleraient au moins un document confidentiel.

La méthode n’est pas nouvelle. Dans les années 80/90, certains groupes warez s’amusaient à faire les poubelles des éditeurs de logiciels pour mettre la main sur des copies de jeux et autres logiciels qui avaient été jetés en cours de production. Depuis des années, certains paparazzis font les poubells des stars pour connaitre leurs petits secrets [lire]. Aujourd’hui, le contenu des poubelles peut en dire beaucoup plus. En février 2008, l’université de Montrèal s’était déjà penchée sur le sujet [Lire].

Selon une nouvelle étude du Credoc (Il en existait déjà une datant de 2001, NDR), 4 poubelles sur 5 recéleraient des données confidentiels. Des informations que les fraudeurs peuvent récupérer sans se fatiguer. Le Figaro a eu accès aux résultats d’une enquête du Crédoc (Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie) qui s’est penchée sur un échantillon représentatif de poubelles. Deux tiers des poubelles de PME analysées contenaient au moins un papier confidentiel. Le cas des entreprises semble inquiétant. "Chaque bac, explique l’étude, recèle 8,5 documents intéressants". Les PME/PMI ne prennent pas garde à ce qu’elle jetent dans les poubelles. Seules les entreprises qui évoluent dans des secteurs qui réclament un peu plus de "confidentialité" usent de broyeurs.

Même constat pour les citoyens. 80 % des poubelles des Franciliens contiendraient, toujours d’après cette étude, au moins un document pouvant servir à l’usurpation d’identité. 20 % des poubelles compteraient des données bancaires.

Un exemple donné par le journal. Un escroc retrouve dans une poubelle de quoi se fabriquer une fausse identité. Il suffit de rassembler le nom, la date et la localité de naissance d’une personne pour usurper son identité. L’escroc n’a plus qu’à faire une demande, par courrier, à la mairie de naissance de la victime pour obtenir un acte de naissance authentique. Il ne lui restera plus qu’à déclarer la perte de l’ensemble de ses papiers dans un commissariat de police. "Muni de l’acte de naissance, de la déclaration de vol et de quelques factures, il lui sera facile d’obtenir un passeport, un permis de conduire ou une carte d’identité."

En 20 ans, le volume total des déchets des Français est passé de 15 à 18 millions de tonnes. Autant dire que si les poubelles et les bennes sont interressantes pour les escrocs, que dire de la decharge. Nous vous relations, en mars dernier, comment des données bancaires avaient été retrouvées dans un décharge publique [lire]. En avril, durant au moins quatre mois, James Hastings, faisait les poubelles d’une banque d son qurtier afin d’en extirper des feuilles pas comme les autres. Et pour cause, les documents contenaient les données privées et sensibles des clients. Numéro d’aide sociale, informations sur les comptes, … Il aura fallu qu’un riverain film James Hastings en train de lire les feuillets trouvés dans une poubelle pour que la banque s’inquiète enfin [lire].

A noter que France 2 diffusera d’ici quelques semaines, dans sa nouvelle émission, Les infiltrés, un sujet sur les faux papiers et la création d’une fausse identité.

 

 

source zataz

Publicités