Les études montrent l’évolution du cyber-crime et révèlent que le Mexique, l’Inde et l’Afrique seront les prochains berceaux des attaques informatiques.
Alors que le plupart des cyber-criminels d’aujourd’hui opèrent depuis la Russie, la Chine et l’Amérique du Sud, une forte augmentation des attaques en provenance d’Amérique Centrale, d’Inde, de Chine et d’Afrique est attendue au cours des cinq prochaines années,selon les prévisions de spécialistes de la sécurité.
Les chercheurs des laboratoires de F-Secure ont dressé une carte des mouvements du cyber-crime depuis 1986. Les trois cartes ci-dessous montrent son évolution, depuis sa création en Europe et en  Amérique du Nord, jusqu’à son arrivée prochaine dans les pays émergents.
Le Passé (1986-2003)

Les premiers créateurs de virus opéraient depuis l’Europe, les Etats-Unis, l’Australie et l’Inde.
Cette époque était caractérisée par des amateurs opportunistes faisant leurs premiers pas.
Histoire récente (2003-2007)


Les attaques amateurs ont été remplacées par des attaques ciblées et professionnelles.
Les créations de virus sont en plein développement dans les pays de l’ancienne Union Soviétique (Russie, Biélorussie, Ukraine, Kazakhstan, Lituanie, Lettonie). Les autres lieux majeurs d’activités criminelles sont le Brésil et la Chine, où une grande partie de la population possède un très bon niveau d’informatique, mais qui ne possède pas suffisamment d’opportunités de travail dans ce secteur. Le cyber-crime s’est donc présenté comme l’un des moyens d’augmentation du niveau de vie de ces populations.
Le Futur (2008 et plus)


Le cyber-crime devient de plus en plus sophistiqué et ciblé. Cette évolution est due au développement de l’accès à Internet conjugué à des facteurs socio-économiques comme le manque d’emploi dans le secteur des nouvelles technologies.
En raison  de tous ces facteurs les chercheurs de F-Secure prévoient une apparition prochaine de nouveaux groupes de cyber-criminels au Mexique et en Afrique.
De plus, dans de nombreux pays un délai sera nécessaire avant que le système légal ne  s’accorde aux développements du secteur des nouvelles technologies. Les criminels informatiques pourront alors échapper plus facilement à la loi dans des pays qui doivent faire face à de nombreux problèmes politiques et sécuritaires.
« Durant ces dernières années, l’attrait d’Internet sur les marchés émergents a été phénoménal. Par exemple, le Brésil compte à présent plus de deux millions d’utilisateurs », commente Mikko Hypponen, Directeur des Laboratoires de Recherche chez F-Secure. « En même temps, depuis 2003, le crime informatique a vraiment baissé au Brésil, en Chine et dans les pays de l’ancienne union Soviétique. C’est pourquoi nous pensons cette tendance vase confirmer, et que les créateurs de virus seront de plus en plus localisés en Afrique, en Inde et en Amérique Centrale.»

Publicités