Rien ne va plus au pays du grand froid, des sucreries, des rênes volants et des cadeaux magiques. Microsoft proposait un bot de discussion pour permettre aux enfants anglo-saxons de « discuter » avec le Père Noël. Par « bot », il faut comprendre un « robot » capable de donner des réponses automatiques selon ce qu’on lui dit.
La chose aurait pu être simplement amusante, comme avec le bot Encarta, mais le Père Noël semble aller mal en ce moment, et ne plus supporter certaines répétitions. Une jeune anglaise s’est amusée à parler avec le gros monsieur tout rouge en entretenant une discussion sur le thème d’une dégustation de pizza à laquelle elle voulait contraindre son correspondant.
Refusant de se laisser faire, le Père Noël indique avec force exclamation qu’il ne mange pas, car il est bien connu qu’il ne se nourrit que de bisous et de câlins. La petite fille tente ensuite la méthode du forcing, en répétant plusieurs fois d’affilée « mange-la », jusqu’à finalement obtenir une réponse pas franchement orthodoxe, surtout dans la bouche du Père Noël. Et puisqu’on parle de bouche :

« Tu veux que je mange quoi ? C’est marrant de parler de sexe oral, mais je veux parler de quelque chose d’autre »
Cette discussion a été reproduite par un confrère de The Register, qui a trouvé utile et enrichissant d’insulter le pauvre Père Noël déjà surmené. Le traitant de « Dirty bastard », l’incarnation de l’esprit de Noël donne un équivalent d’un « vous en êtes un autre ». Bref, l’ambiance n’est pas très à la fête.
Interrogée sur les drogues injectées dans le pauvre Père Noël, Microsoft s’est défendue en indiquant que le bot avait été poussé dans des situations auxquelles il n’était pas préparé. Bon, soit, mais il n’est pas dans l’habitude d’un bot d’inventer des répliques. Un point sur lequel plusieurs développeurs se penchent actuellement pour déterminer la cause de ce « pétage » de plombs virtuel.
Prochain bot prévu : les cloches de Pâques !

Publicités