VMware, très actif en ce moment, prépare pour bientôt la version 2.0 de son logiciel de virtualisation pour serveur. Intitulée fort logiquement VMware Server 2.0, la nouvelle mouture apportera un nombre intéressant de nouveautés et devrait être disponible a priori durant le premier semestre 2008, sans plus de précisions.
La nouvelle version s’accompagne d’une interface de gestion en ligne, décrite comme « simple, intuitive, flexible et productive ». L’idée est de proposer au sein d’une même interface toutes les fonctions d’administration dont un utilisateur pourrait avoir besoin à distance. La console embarquée permettra ainsi de gérer les machines virtuelles et de créer des adresses web de consoles distantes pour les utilisateurs de machines virtuelles.

La compatibilité générale du logiciel serveur avec les systèmes d’exploitation a été améliorée, et la liste s’est enrichie de :

  • Vista
  • Windows Server 2008 (bêta)
  • Red Hat Enterprise Linux
  • Ubuntu 7.10

VMware Server 2.0 prend en charge la paravirtualisation via VMI, pour une meilleure communication entre les systèmes d’exploitation virtualisés et la couche de virtualisation elle-même. Autre nouveauté, autre support bienvenu : l’USB 2.0 fonctionne désormais à sa pleine vitesse dans les machines virtuelles.
Concernant la reconnaissance du matériel, là encore le logiciel a progressé puisqu’il prend en charge désormais les systèmes hôtes 64 bits, à partir du moment où des processeurs adéquats sont installés. Les machines virtuelles peuvent désormais être paramétrées pour gérer jusqu’à 8 Go de mémoire vive et deux processeur Virtual SMP.
Rappelons pour ceux qui ne seraient pas familiarisés avec le milieu de la virtualisation que VMware Server permet de « découper » la puissance globale d’un serveur afin de la répartir dans plusieurs systèmes exécutés dans des machines virtuelles. Plusieurs systèmes d’exploitation peuvent donc fonctionner côte à côté, ce qui permet aux entreprises de mieux exploiter le matériel dans lequel elles ont investi.
Une version bêta est disponible via cette adresse. Elle est compatible avec Windows et Linux mais attention cependant : la virtualisation pour serveurs n’est pas nécessairement un outil qu’il est facile à employer. Les utilisateurs débutants qui souhaitent tester la virtualisation pourront s’orienter vers d’autres produits tels que Workstation pour Windows et Linux, et Fusion pour Mac OS X, du même éditeur.

Publicités